La collégiale d'Amay

    Des visites guidées de la collégiale d'Amay sont disponibles, s'adresser à l'accueil du Musée.

    Campée au centre d'Amay, la collégiale Saint-Georges et Sainte-Ode a fière allure. Elle profile sur le ciel sa silhouette caractéristique : un long vaisseau prolongé par la masse imposante de l'avant-corps, trois tours majestueuses surmontées de clochers aigus. Classée patrimoine exceptionnel de Wallonie, la collégiale trouve ses origines à l'époque mérovingienne avec une première église érigée selon la tradition par Sainte-Ode. Vers 1089, une église de style roman est bâtie sur la précédente. De cette période subsistent quelques éléments tels que la nef centrale percée sur chaque face de cinq baies surmontées d'arcs en plein cintre, ainsi que les deux tours latérales en grès. La tour médiane ne s'élève qu'à partir de 1525. L'église devient collégiale avec un chapitre de neuf chanoines dont la première mention remonte à la fin du 11e siècle. Remaniée au 18e siècle sous l'abbatiat de Lambert-Walthère Van den Steen, la collégiale subit diverses modifications et affiche dès lors un nouveau visage. Le chœur est transformé en 1725, les murs de la nef centrale sont rehaussés, le plafond du transept est relevé et les nefs latérales sont rétrécies d'environ 2,5 mètres.

    L'intérieur de l'édifice

    La disparition du caractère roman primitif de l'intérieur de l'édifice ne lui a pourtant pas ôté son charme et nous laisse devant un bâtiment remarquable. C'est vers 1641 que les élégantes colonnes de style toscan qui soutiennent la nef ont remplacé les colonnes carrées d'origine. C'est moins d'un siècle plus tard que l'ancien plafond plat roman a été abandonné au profit de la voûte actuelle. Le chœur fut transformé en 1725 comme en témoignent d'ailleurs deux millésimes : l'un, gravé dans la pierre, apparaît à l'extérieur du chevet et est visible de la cour intérieure des cloîtres, l'autre est inscrit dans un médaillon de la voûte du chœur.


    Le chemin de croix

    Réalisé par le talentueux peintre amaytois Georges Leplat (1930-2010), ce chemin de croix est composé de 15 stations réalisées à la feuille d'or selon la technique icônique. Rehaussant l'éclat intérieur de l'édifice, ses œuvres enrichissent la précieuse collection d'œuvres d'art de la collégiale.