Sélectionner une page

Quelques uns de nos trésors…

La Châsse de Sainte-Ode

La Châsse de Sainte-Ode abrite les reliques de Sainte-Ode. Ses pignons sont occupés par des représentations de Saint-Georges et de Sainte-Ode, tandis que les apôtres figurent sur les côtés. Les batières sont ornées de six bas-reliefs qui évoquent la vie des deux saints. Sur l’un de ces bas-reliefs, on observe, sur la panetière d’un pèlerin, trois coquilles : cette scène serait la toute première représentation dans nos régions d’un pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle.

La bière Chrodoara ?

Depuis 2015, le Musée est en partenariat avec la brasserie « La Botteresse » pour le brassage et la distribution d’une bière consacrée à la sainte patronne d’Amay. Vendue uniquement à la boutique du musée, c’est une bière ambrée (8 % vol.), très appréciée pour sa douceur fruitée.

Le sarcophage de Chrodoara

En 1979, un sarcophage mérovingien a été dégagé de dessous l’autel de l’église par les archéologues du Cercle archéologique Hesbaye-Condroz, après que le curé alors présent ait permis aux archéologues de pénétrer dans l’église, afin de démonter les marches en bois présentes dans le cœur de la collégiale et éradiquer l’humidité ascendante qui s’y développait. Ce sarcophage s’est avéré être celui de Chrodoara, vénérée sous le nom de Sainte-Ode à partir du XIème siècle. Le mot « Sancta », lisible sur le sarcophage, fait plus allusion à la ferveur religieuse qu’à la sainteté, qui n’est d’ailleurs pas attestée jusqu’ici. L’inscription latérale éclaircit quelque peu ce point : « Chrodoara, noble, grande et illustre, de ses propres biens enrichit les sanctuaires ». Le bâton que tient l’effigie de Chrodoara est clairement le symbole d’un pouvoir abbatial.

fr_FRFrançais
en_GBEnglish (UK) fr_FRFrançais